Sainte-Marie-Aux-Mines
                     
 

 

COUVERTURE - ZINGUERIE - FENETRE DE TOIT

  
  
  
  
  
  
  

thierry.jehel@wanadoo.fr

 

JEHEL E.U.R.L.
1, rue des Mines
68160 Ste-Marie-Aux-Mines
T. 03 89 58 73 14
F. 03 89 58 81 34

 

 

Définitions

 
Avoir un toit sur la tête, c’est capital. Encore faut-il qu’il vous protège correctement et pour longtemps. De plus, il donne de la valeur à votre maison. Mieux vaut donc le bien traiter. Le choix du type de toiture (plat, 2 pans, 4 pans, ... ) vous appartient. Des contraintes de site, de culture locale, géographique ou architecturale peuvent vous être imposées. On risque également de vous imposer le type, voire la teinte des matériaux de couverture.

   Un toit 

La fonction première
« Vivre sous un même toit », « recevoir sous son toit », « avoir un toit sur la tête »ou, au contraire, « être sans toit »… autant d’expressions qui montrent le caractère symbolique du toit, terme générique pour exprimer un lieu de vie complet. Si sa fonction première est la protection contre les éléments (pluie, neige, vent, froid, soleil) le toit ou, plus globalement, la couverture, a d’autres vertus.

L’expression d’une tradition régionale
Pente du toit, teinte des matériaux… un seul regard sur une toiture permet de distinguer une maison méridionale d’une maison alsacienne. Le toit signe la maison. Le choix des tuiles et de leur couleur apporte à votre habitat son originalité et son authenticité, tout en s’inscrivant dans l’environnement local.

Une fonction technique
Un toit vit et respire. Il subit des contraintes souvent méconnues, comme des différences de pression entre les combles et l’extérieur. Ces contraintes, si elles sont mal gérées ou mal estimées sont parfois à l’origine de certains problèmes (infiltration d’eau, envol de tuiles…).

La pérennité du patrimoine immobilier
Une toiture saine apporte une sécurité et un confort certains à votre habitation. De même, c’est un élément rassurant dans l’aspect général lors de la revente du bien immobilier. C’est pourquoi l’entretien de la toiture doit être régulier. Pour protéger votre bien.

   Pour déterminer la pente minimale d’un toit : la carte de France des zones vent/pluie 

Pourquoi, dans une région donnée, la plupart des toits ont le même type de pente ? Parce que la pente d’un toit correspond à des conditions climatiques précises. Une carte de France reprend les données météorologiques qui influent sur le choix de l’architecte et du couvreur. La France est divisée en 3 zones d’application des pentes minimales, en fonction de leur exposition aux pluies battantes.

Zone 1 :
- Tout l’intérieur du pays,
- Côte méditerranéenne
Altitudes inférieures à 200 m.

Zone 2 :
- Côte atlantique sur 20 km de profondeur, de Lorient à la frontière espagnole.
- Bande située entre 20 et 40 km de la côte, de Lorient à la frontière belge.
Altitudes comprises entre 200 et 500 m.

Zone 3 :
- Côtes de l’Atlantique, de la Manche et de la Mer du Nord sur une profondeur de 20 km, de Lorient à la frontière belge.
Altitudes comprises entre 500 et 900 m.

A ces zones d’exposition aux pluies battantes, on conjugue une analyse de la situation locale. Trois critères possibles :
    - situation protégée
    - situation normale
    - situation exposée
Ces situations correspondent à des surfaces localisées de très faible étendue par rapport aux zones.
C’est au couvreur qu’il appartient de déterminer la situation de chaque chantier.
Les pentes minimales fixées par les Directives techniques unifiées (DTU) - documents professionnels qui font foi - ont été déterminées en fonction de leur appartenance à ces zones et à ces situations.

   La couverture et les agressions extérieures 

Exposée aux précipitations, à la neige, aux insectes, pollens et autres oiseaux, la couverture a la vie dure ! Aussi mérite-t-elle une attention soutenue car à chaque agression sa solution.

Continuellement exposée au vent et aux précipitations, la couverture constitue un élément particulièrement sensible de l’habitation. Selon l’étude annuelle de l’Agence Qualité Construction, la couverture est à l’origine de 15,2 % des sinistres en maison individuelle. Une autre étude réalisée en septembre 2000 par la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), qui s’appuie sur les conséquences du réchauffement de la planète sur le cycle de l’eau, estime que les précipitations hivernales croîtront, dans les prochaines années, de l’ordre de 30 à 50 %.

Les pluies battantes sur les pentes du toit
Pourquoi parle-t-on de pluies « battantes » ? Parce qu’elles sont accompagnées de vent. Terminologie plus précise pour décrire ce type de précipitations : concomitance vent/pluie. Le vent accompagnant les pluies provoque des phénomènes physiques de pression dépression de part et d’autre de la couverture. Le vent est comme « aspiré » sous les tuiles des pentes du toit (cette surface que l’on appelle le plain carré). Si la couverture n’est pas préparée pour résister à ce phénomène, des infiltrations d’eau peuvent se produire et les tuiles se soulever.
La solution ? Un écran spécifique (souple ou dur) qui viendra diminuer la pression en sous toiture et qui protègera parfaitement la charpente.

Les pluies battantes sur les points les plus fragiles
Selon l’étude réalisée par l’Agence Qualité Construction, les infiltrations d’eau par les points singuliers de la couverture constituent la première cause de sinistres en maisons individuelles : elles représentent à elles seules 8 % des cas. Mais que sont ces points singuliers ? Le sommet du toit (le faîtage), le pourtour des cheminées, des fenêtres de toit et autres lucarnes, les angles rentrés à la liaison des pentes intérieures (les noues), les extrémités de chaque pente (les rives)…
La solution ? Soigner l’étanchéité de ces points sensibles en les équipant de « closoirs », ces bandes ultra résistantes et protectrices que le couvreur pose sous les tuiles de faîtage, sur les noues et autres points fragiles.

La neige poudreuse
La neige poudreuse est très pernicieuse ! Elle parvient à s’infiltrer sous la couverture de tuiles, même si celles-ci sont parfaitement posées. En fondant en sous toiture, cette neige poudreuse risque de causer d’importants dommages à la charpente et aux combles. Ce phénomène, qui concerne l’ensemble du territoire, est cité dans les Documents techniques unifiés (DTU) qui fixent les règles de l’art dans chaque domaine du bâtiment : "La protection contre la neige poudreuse ne peut assurée par le seul assemblage des petits éléments de couverture entre eux."
La solution ? Là aussi, l’écran de sous toiture fait des merveilles pour protéger l’habitation de cette humidité mal venue.

Les poussières, sables fins, pollens, insectes
Hélas, aucune couverture ne peut vraiment, à elle seule, protéger des poussières, pollens et autres insectes susceptibles de s’accumuler sur la charpente ou sur la couche d’isolant. Quant aux oiseaux et aux rongeurs, ils arrivent eux aussi à pénétrer sous les tuiles de faîtage, les arêtes ou les égouts de toiture.

La solution ? Une fois encore c’est un écran de sous toiture posé sous les tuiles qui protègera au mieux les pentes du toit (le plain carré). Quant aux points sensibles, du faîtage aux arêtes et aux fins de toit, il suffit de faire poser des bandes d’étanchéité de type closoirs.

   Zoom sur les effets possibles de vents forts sur votre toiture 

Le vent - et ses effets sur la toiture - mérite une attention toute particulière. On vous dit tout sur les réactions d’une couverture plus ou moins exposée en fonction de la région où vous habitez.

Compte tenu du réchauffement de la planète observé (entre +1,4 et +5,8 °C au XXe siècle), le GIEC (Groupe d'experts intergouvernementaux sur l'évolution du climat)- missionné par l'ONU – et, au niveau national, la MISE (Mission interministérielle de l'effet de serre) prévoient l'augmentation de la fréquence des tempêtes. Déjà, à la fin du XXe siècle, ce phénomène s'est vérifié avec les deux tempêtes de décembre 1999 et celles survenues durant l'année 2000.

Les effets dévastateurs du vent sur une couverture
D'une manière générale, les effets dévastateurs du vent sont importants sur les endroits de la construction situés sous le vent. Le vent vient frapper une pente puis passe de l'autre côté du toit en se transformant en tourbillons. Le rampant le plus exposé est ainsi soumis à une forte pression susceptible d’aspirer et de soulever les éléments de couverture.

Des risques amplifiés aux points singuliers
Une toiture comporte plusieurs points dits singuliers (faîtage, arêtiers, rives, égout...) sur lesquels l'action du vent peut être localement amplifiée :
- au niveau du faîtage les tuiles sont soumises d'un côté à un vent portant et, de l'autre, à une dépression. Ce sont d'ailleurs les faîtages qui ont le plus souffert durant les tempêtes de 1999 ;
- l'obstacle créé par une cheminée ou toute autre excroissance augmente le pouvoir dévastateur des tourbillons ;
- les parties qui finissent un toit, les rives à rabat et autres tuiles d’égout, sont aussi particulièrement exposées à de fortes pressions.

   Entretien: de quoi s'agit-il ? 

Pour que votre toiture dure longtemps, il est impératif de l’entretenir, de vérifier étanchéité et ventilation, de scruter l’état des tuiles. A vos jumelles !

Quels éléments faut-il entretenir ?
L'entretien des toitures comporte notamment :
l'enlèvement des mousses, de la végétation et des débris divers pouvant nuire au bon fonctionnement de la couverture ;le maintien en bon état de fonctionnement des évacuations d'eaux pluviales ;le maintien en bon état d'ouvrages accessoires tels que solins, souches de cheminée, etc. le maintien en bon état des éléments du support de la couverture ;le maintien d'une ventilation suffisante en sous face des tuiles ;
l’enlèvement de la neige poudreuse en sous toiture s’il n’y a pas d’écran de sous toiture.
Cet entretien est indispensable par rapport à votre assurance multirisque habitation.

Dans le cas où des équipements nécessitant des visites périodiques (tels que les installations de conditionnement d'air par exemple) sont situés sur la couverture, il convient, lors des travaux d'entretien, de prendre des dispositions pour ne pas détériorer les tuiles (interposition d'échelles plates ou de planches, usages de chaussures spéciales).

La périodicité d’entretien des toitures
Une toiture peut être comparée à une chaudière. En effet, dans les deux cas, leur durabilité et leur sécurité sont liées à leur entretien régulier. Le bureau d’étude Veritas estime qu’une visite annuelle du toit, à l’automne, après la chute des feuilles et avant les périodes de gel, est un minimum. Lors de cette opération, votre couvreur assurera le remplacement des tuiles endommagées, l’enlèvement des mousses et des débris sur le toit ou dans les gouttières.

   Vérifier ventilation et aération 

Une toiture saine et pérenne est une toiture où ventilation et aération sont parfaitement assurées. Votre toiture doit respirer et l’air doit y circuler. Ainsi, l’humidité ne passera pas !

La ventilation de la toiture
Pour éviter toute stagnation d’humidité sous les tuiles, la toiture doit être ventilée. Ainsi, pas de condensation et donc pas de moisissure des bois de charpente.
Pour que l’air circule sous la couverture de tuiles, il faut qu’il y ait un espace vide entre les tuiles et l’écran de sous toiture ou l’isolant apposé sur la charpente. Cependant, si vous faites poser un écran de sous toiture « respirant », cette espace aéré n’est plus utile puisque la ventilation se fait à travers l’écran de sous toiture.
Il est donc impératif de vérifier régulièrement que des débris ne viennent pas gêner la circulation de l’air et de surveiller la bonne étanchéité de l’écran de sous toiture et/ou de l’isolant.

L'aération de la toiture
L’aération de la toiture aide grandement à la ventilation. Si certaines tuiles (les tuiles canal notamment) sont, de par leur forme arrondie, auto aérées, d’autres nécessitent l’ajout de prises d’air afin de laisser l’air entrer et sortir en sous face des tuiles. C’est le rôle joué par les tuiles chatières. Si ces ouvertures sont bouchées par des feuilles ou autres détritus apportés par le vent, la chatière est inopérante. D’où condensation malvenue en sous toiture.

L'aération de l'habitation
Les rejets d'air humide et/ou vicié provenant des conduits de fumées, de conduits d’aération ou de la Ventilation mécanique contrôlée (VMC) doivent impérativement s'effectuer hors des combles. A cet effet, le conduit d'évacuation doit être raccordé à une sortie de toit adaptée et fixée à la couverture par une tuile douille spécifique. Ces sorties de toit ne doivent en aucun cas être obturées afin qu’il n’y ait pas de refoulement.


N'hésitez pas à nous contacter si vous désirez un devis ou une étude spéciale de votre projet

 
creation site internet strasbourg - creation site immobilier